Val-de-Marne

La réalité virtuelle au service de la prévention des risques

 

 

Les villes d’ALFORTVILLE (inondable à 100% en cas de crue de type 1910) et de SAINT-MAUR-DES-FOSSES seront les premières dès la rentrée en septembre à tester une nouvelle expérience de « réalité virtuelle » conçue par la Croix-Rouge française, avec la participation de VR Connection et Aviva France.

InondAction a pour objectif  de sensibiliser le grand public aux risques d’inondation et à l’importance de la préparation pour donner envie de se former et d’aller plus loin en proposant un scénario de réalité virtuelle (VR) d’une dizaine de minutes qui se déroule en plusieurs étapes :

– Introduction technique : prise en main du casque et des manettes de VR, un entrainement pour apprendre à interagir avec des objets.

– Introduction thématique : quelques éléments s’affichent pour expliquer l’importance du risque d’inondation, le lien avec le changement climatique et l’importance de la préparation.

– Mise en contexte : présentation de la maison qui se trouve dans une zone inondable.

 

« La réalité virtuelle ou réalité augmentée permet de créer une expérience inédite qui ne serait pas possible dans un cadre plus classique, en réel« 

 

Séquence Kit d’urgence : on vous propose de constituer un kit d’urgence en choisissant parmi une quinzaine d’objets disposés sur les étagères. A la fin de l’expérience une discussion peut être engagée avec l’animateur sur vos choix car l’objectif n’est pas d’apprendre à constituer un kit d’urgence « figé » avec une sélection très précise d’objets, mais de démontrer l’importance de se poser la question et de le préparer en amont.

 

 

Séquence Maison :

Se retrouver à l’intérieur de la maison, et l’eau arrive. Vous disposerez de quelques minutes pour effectuer certaines actions utiles : fermer les fenêtres, couper le gaz et l’électricité, prévenir les voisins, etc.

L’objectif n’est pas d’apprendre une liste fixe des « actions utiles », mais de montrer que se préparer et réfléchir en avance aux actions à effectuer permet d’agir efficacement en cas d’inondation, quand le temps coule si vite.

 

Objectif du scénario

 

Avec ce scénario, vous aurez envie d’approfondir la compréhension du risque d’inondation et vous inciter à l’action.

En amont, pendant ou après l’inondation, le scénario de réalité virtuelle n’impose pas de conduite à tenir car il ne s’agit pas d’apprendre la marche complète à suivre, mais de susciter la curiosité, de donner envie de vous former (par exemple, via la formation Initiation à la réduction des risques des catastrophesIRR) ou bien de renforcer votre confiance et votre capacité d’agir.

A la fin de l’expérience vous réaliserez l’importance de la prévention et la préparation à la catastrophe (au-delà de la réaction après la survenue de l’inondation).

 

Vous serez capable d’agir, pour votre sécurité et celle de vos proches parce que :

 

« L’action se trouve à la portée de chacun, peu importe votre niveau de connaissance »

 

« La bonne préparation est la clé du succès : si vous n’avez pas assez de connaissances aujourd’hui, vous pourrez les compléter »

 

La dimension collective et communautaire de la préparation à la catastrophe est abordée au moment où vous serez incité à prévenir votre voisine âgée ou bien encore à ne pas oublier votre animal de compagnie : il s’agit de prendre conscience des risques que les autres encourent, notamment les plus vulnérables et d’adopter le principe de comportement « Se protéger pour protéger les autres ».

 

 

La valeur ajoutée de la Réalité Virtuelle

 

Parmi les atouts de cette technologie :

 

– Une immersion physique dans un environnement (possibilité d’interagir avec des objets), mobilisation des trois sens (la vue, l’ouïe et le toucher) et la création d’une expérience sensorielle riche ;

 

 

– Une immersion émotionnelle (possibilité de faire ressentir les émotions) qui permet non plus de montrer une scène mais de vivre la scène;

 

 

– Incarnation d’un personnage virtuel ;

 

– Favoriser la meilleure rétention d’informations car la réalité virtuelle rend l’utilisateur actif, et la mémorisation est meilleure lorsque l’on « fait et expérimente » soi-même.