Val-de-Marne

1952-2021  la Croix-Rouge, fil rouge de leur amour

 

Liliane et Jean-Louis Boulet, d’Alfortville, bénévoles à la Croix-Rouge depuis les années 1950, ont fait de leur vie en commun un engagement au près de l’association.

 

Un mariage, et 69 ans plus tard, ils sont toujours présents aux côté des jeunes volontaires pour transmettre leurs expérience, leur savoir, leur souvenirs…

 

Comment êtes-vous devenus bénévoles à la Croix-Rouge ?

LILIANE. C’est mon père, ambulancier au sein de l’armée britannique pour la Croix-Rouge qui m’a transmis ce virus. Je suis devenue bénévole à Alfortville en 1952. J’avais 15 ans.

JEAN-LOUIS. C’est un ami commun qui m’a incité à rejoindre l’équipe, en 1953. C’est comme ça que notre histoire a commencé.

 

 

Quelles valeurs défendez-vous à travers cet engagement?

 

 

ENSEMBLE. La solidarité bien sûr. Il faut vouloir aider tout le monde sans distinctions. L’amour des autres est indispensable. Il faut aussi une certaine force de caractère pour parvenir à se dépasser.

 

Quelles interventions ont été les plus marquantes?

 

 

JEAN-LOUIS. Un gros accident d’avion à Saulx-les-Chartreux, dans les années 1970. Tous les passagers étaient décédés. L’accident de l’oléoduc de Vitry également, dans les années 1980. Il n’y avait pas eu de blessés, mais c’était très spectaculaire.

LILIANE. Les inondations, les incendies dans le département, mais toutes les interventions en général, comme les maraudes.

 

 

Comment avez-vous vu évoluer la Croix-Rouge?

 

 

ENSEMBLE. Il y a toujours autant de monde qui se mobilise et nous nous en félicitons. Il y a beaucoup plus de moyens qu’auparavant. Mais nous déplorons que les jeunes soient moins engagés qu’à notre époque, cependant nous sommes satisfaits : la relève est assurée.

 

 

Quelle aurait été votre vie si vous n’étiez pas devenu bénévoles?

 

 

LILIANE. Je me serais engagée auprès des autres, quoi qu’il arrive. Si c’était à refaire, je recommencerais sans hésiter. Nous avons autant donné que reçu.

JEAN-LOUIS. Quand je vois tout le temps que nous avons consacré dans notre vie à la Croix-Rouge, je n’ai pas la réponse. Qu’aurions-nous pu faire d’autre?

 

 

Médailles, récompenses, décorations.

 

Jean-Louis et Liliane ont reçu de nombreuses décorations et récompenses au cours de leurs69 ans de bénévolat .

Médaille de « Solférino » de la Croix-Rouge française 

Plaquette de « reconnaissance » de la Croix-Rouge française 

Etoile Européenne du Dévouement Civil et Militaire

Médaille d’Honneur du bénévolat associatif

Médaille d’Honneur de la Croix-Rouge togolaise

Intronisation comme « Chef du Village de Dagbati »  (Togbui Nodoukou Djokoto 1er)

 

 

Grande médaille d’Honneur de la Croix-Rouge française

Le président de la Croix-Rouge française, Professeur Jean-Jacques ELEDJAM, a remis à Jean-Louis BOULET la « grande médaille d’honneur » qui est à ce jour la plus haute distinction de la Croix-Rouge française 

(une dizaine de personnes ont reçu cette distinction depuis 1945)